Transplantation rein porc

La transplantation d’un rein de porc sur un être humain

Transplantation rein porc

Lorsque les reins ne fonctionnent plus, il est possible d’avoir recours à une transplantation d’organes. La greffe de rein est souvent effectuée grâce à des donneurs décédés ou bien vivants, membres de la famille ou proches du patient. Dans un contexte où le nombre de demandes de greffes de rein est largement supérieur à la quantité de donneurs, la médecine s’est penchée sur la xénotransplantation, ou greffe d’organes entre animal et sujet humain.

Cette discipline très innovante pourrait apporter une solution à la pénurie d’organes disponibles. Fin 2021, une équipe américaine a réussi pour la première fois la transplantation temporaire d’un rein de porc sur un patient humain, sans provoquer de rejet immédiat.

Transplantation inédite d’un rein de porc chez un humain

L’exploit médical de la transplantation d’un rein de porc sur un sujet humain a eu lieu aux Etats-Unis en 2021. La greffe a été réalisée par l’équipe new-yorkaise de NYU Langone Health à partir d’un porc génétiquement modifié. L’équipe chirurgicale en charge de la transplantation a ensuite observé la réaction du sujet transplanté pendant plus de cinquante heures. La transplantation d’organes d’animaux vers les humains pourrait pallier le manque fréquent d’organes souvent constaté. L’organe a été implanté à l’extérieur du corps d’une femme en état de mort cérébrale sous assistance respiratoire et dont les reins ne fonctionnaient plus correctement. Cette implantation externe a permis l’observation et l’échantillonnage des tissus au cours de la période d’étude de 54 heures.

 Le potentiel de la xénotransplantation en néphrologie

Il y aurait 100 000 patients en attente d’organes chaque année, rien qu’aux Etat-Unis. Près de 10% d’entre eux (90 000 personnes) attendent un rein selon le United Network for Organ Sharing, alors que le temps d’attente est en moyenne de 3 à 5 ans. Le recours à une greffe d’origine animale – en particulier de porcs – est une piste avancée par les équipes de recherche, en raison de la similarité entre organes humains et porcins mais aussi parce qu’il est aisé de trouver des spécimens (les porcs ont un rythme de reproduction rapide, et une durée de gestation courte). Le principal écueil étant la présence d’un certain sucre présent dans les cellules de porc qui attaque le système immunitaire humain, et provoque un rejet immédiat du greffon. Le porc utilisé pour cette expérience concluante était génétiquement modifié pour favoriser le succès de la greffe. Surnommé GalSafe, le porc donneur a été développé par une société américaine de biotechnologie United Therapeutics Corp. L’unité Revivicor de cette société est parvenue à retirer au porc donneur un gène spécifique, “l’alpha-gal”, responsable de la production d’un glucide étranger qui provoque généralement le rejet lors de transplantations.

Un succès inédit qui ouvre des perspectives

Une fois greffé, le rein a assuré sa fonction attendue (filtrer les déchets et produire de l’urine) sans être rejeté. “Le taux de créatinine – un indicateur d’une mauvaise fonction rénale – est revenu à la normale après la greffe”, a déclaré Montgomery. Dans la sphère de la recherche, certains imaginent déjà de nouvelles perspectives de greffe entre porc et humain, au-delà du rein : valves cardiaques, greffes de peau d’origine porcine.

« Dans un contexte de pénurie d’organes, pouvoir disposer de reins génétiquement modifiés pour traiter nos patients représente un immense espoir et une véritable révolution médicale », explique le Pr Timsit dans une interview accordée à urofrance. La transplantation d’un organe animal à l’homme comporte toutefois certains risques infectieux, en raison des nombreuses différences physiques entre le rein de porc et le rein humain. Ce succès ouvre des perspectives intéressantes pour les milliers de patients en attente d’une greffe de rein chaque année.

Sources :

https://www.urofrance.org/2022/01/10/premiere-transplantation-renale-dun-rein-de-porc-a-un-homme-aux-etats-unis/

https://www.huffingtonpost.fr/entry/un-rein-de-porc-greffe-pour-la-premiere-fois-sur-lhomme-aux-etats-unis_fr_61700e23e4b005b245c49e56