5 conseils pour prendre soin de ses reins

Organes indispensables au bon fonctionnement de l’organisme, les reins nécessitent une attention particulière ! Avec plus de 90 000 Français souffrant d’une insuffisance rénale chronique[1], il est primordial de sensibiliser le plus grand nombre à l’importance d’en prendre soin. 5 conseils hygiéno-diététiques à adopter au quotidien !

À quoi servent les reins ?

Situés dans la partie arrière de l’abdomen, les reins ressemblent à des haricots de plus ou moins 10 centimètres. Reliés à la vessie par deux grands canaux appelé « uretères », ils font partis de l’appareil urinaire.

Ils assurent 3 grandes fonctions :

  • Filtration du sang. Ils sont en charge d’éliminer les déchets produits par l’organisme et pouvant être toxiques s’ils ne sont pas éliminés.
  • Maintien d’un bon équilibre hydrique. Ils maintiennent la quantité d’eau nécessaire au bon fonctionnement de l’organisme. Ils filtrent plus d’une centaine de litres de sang chaque jour mais ne rejettent qu’environ deux litres d’urine après avoir joué leur rôle de filtre.
  • Production d’enzymes, d’hormones et des vitamines, à savoir :
    • La rénine, une enzyme qui permet de maintenir une bonne pression artérielle.
    • L’érythropoïétine (EPO), une hormone qui stimule la production des globules rouges nécessaires pour apporter l’oxygène dans l’organisme.
    • Le calcitriol de la vitamine D, qui permet l’absorption du calcium par l’intestin et sa fixation dans les os.

Quelles sont les maladies les plus fréquentes qui peuvent toucher les reins ?

On estime que 5 à 10% de la population française souffriraient d’une maladie rénale pouvant conduire à une insuffisance rénale à long terme. Environ 50% de ces insuffisances seraient dues au diabète ou à l’hypertension[1]. Une alimentation trop riche, la sédentarité ou encore une consommation d’alcool ou de tabac régulière sont des facteurs favorisant le développement d’une maladie rénale plus ou moins sévère comme :

  • Des calculs rénaux ou « lithiase rénale ». Ce sont des cailloux (résidus de calcium) qui se forment dans les reins. Ils peuvent entrainer de vives douleurs appelées « coliques néphrétiques » lorsqu’ils migrent vers l’appareil urinaire.
  • Une infection rénale ou « pyélonéphrite ». Douleurs dans l’aine, fièvre, envie fréquente d’uriner, douleur lors de la miction, présence de sang dans les urines … cette infection très douloureuse survient généralement en raison d’une infection urinaire (cystite) non ou mal soignée qui a atteint progressivement les reins.
  • Une insuffisance rénale. Elle s’installe lorsque les reins ne sont plus en capacité de filtrer le sang. Les déchets et les liquides s’accumulent dans l’organisme. Elle se développe souvent à cause d’un diabète ou d’une hypertension artérielle. Si la maladie reste longtemps silencieuse, elle n’en est pas moins grave !

Prises à temps, ces pathologies peuvent être traitées, mais lorsque l’insuffisance rénale est dite « terminale », les reins n’assurent plus leurs fonctions de façon irréversible. Cela nécessite alors la mise en place d’une dialyse, un dispositif médical qui assure de façon artificielle via une machine, le « nettoyage du sang » à la place des reins. Le recours à la greffe de reins est alors envisagé.

Il est donc vivement conseillé de veiller au bon fonctionnement de ses reins en en prenant le plus grand soin !

5 conseils à adopter au quotidien pour prendre soin de ses reins :

  1. Boire suffisamment. Une bonne hydratation est essentielle ! Il est recommandé de boire environ 1.5 litres d’eau pour équilibrer les apports liquides et leurs sorties (transpiration, urines…). Il est par ailleurs préférable d’éviter les boissons gazeuses qui favorisent le développement de calculs rénaux et les boissons sucrées ou alcoolisées qui font grimper l’indice glycémique.
  2. Avoir une alimentation équilibrée. Une alimentation saine facilite la filtration rénale. Il faut limiter sa consommation de sel (qui favorise l’hypertension artérielle), des graisses et de sucre (responsable du diabète). Les produits transformés et les plats industriels en sont généralement trop riches. Préférez des aliments plus sains, comme des fruits et des légumes. La viande et le poisson doivent être consommé 2 à 3 fois par semaine mais pas plus, car ils sont très riches en protéines. Adoptez les cuissons vapeurs et à basse température pour préserver les qualités nutritionnelles des aliments que vous consommez. Voir notre article sur le sujet
  3. Proscrire le tabac et toute autre substance toxique. Fumer dégrade la fonction rénale. La prise de médicaments sur le long terme également. L’automédication est donc à proscrire (paracétamol, ibuprofène…) en raison de la toxicité de certaines molécules. Tout traitement médicamenteux doit être prescrit par un professionnel de santé et faire l’objet d’un suivi régulier pour contrôler un éventuel impact sur les reins.
  4. Pratiquer une activité physique régulière. Le surpoids favorise le développement du diabète ou d’une maladie cardiovasculaire qui sont étroitement responsables d’un dysfonctionnement rénal. Faire du sport ou plus précisément, une activité physique adaptée (APA) en moyenne 30 minutes par jour, permet de maintenir un poids de forme, de faire baisser la pression artérielle et de réduire le phénomène de résistance à l’insuline. Marche rapide, vélo, natation, danse… peu importe l’activité, l’important est de bouger !
  5. Penser à se faire dépister.L’insuffisance rénale est souvent découverte tardivement. On estime qu’un Français sur dix en souffre sans le savoir. Souvent silencieuse, les symptômes de la maladie apparaissent généralement quand les reins se sont fortement dégradés. Il est donc conseillé de se faire dépister de façon régulière en effectuant :
    • Une prise de sang pour la recherche de la créatinine. La créatinine est un déchet de l’organisme qui provient de la dégradation de la créatine musculaire.
    • Une analyse d’urines pour la recherche de protéines (protéinurie) et d’albumine est faite. Si leurs taux sont élevés, cela peut signifier que les reins ne filtrent pas correctement.

Selon les résultats, il est nécessaire de les confirmer avec des analyses complémentaires sous trois mois. Une échographie rénale peut également être faite pour vérifier l’apparence des reins et s’ils présentent une anomalie (kystes, nodules, etc.).

Ces conseils simples sont bénéfiques pour conserver des reins en bonne santé !

Sources :